Recherche Natech

Outils d'amélioration de la résilience territoriale aux risques dits "Natech-Inondations" >2017>2018

2017 > Présentation de la problématique et de la méthodologie de questionnement : Podcast présentation M Lesbats et Diaporama présenté en commission

A qui s’adresse t il ?

 A partir des réflexions précédentes sur la résilience, de rencontres multiples avec les acteurs du territoire,  un guide et une méthodologie par questionnement de la résilience aux phénomènes NATECH inondation ont été élaborés. Le guide a pour objectif d’aider les parties prenantes d’un territoire à estimer la résilience du territoire sur lequel ils vivent et à proposer des pistes pour son amélioration. Comme cela a été dit la résilience globale d’un territoire dépend de la résilience de ses acteurs et de leur organisation. Mais la somme des résiliences partielles de chacun d’entre eux ne constitue pas la résilience globale du territoire au NATECH. La résilience issue d’un bon couplage entre les acteurs du niveau microscopique au niveau macroscopique, pour s’assurer de la maîtrise des trois fragilités du processus de danger NATECH, est indispensable pour construire une résilience optimale du territoire . On parle de résilience optimale car la résilience absolue est illusoire. De plus la résilience totale ne peut pas être supérieure à celle de son « maillon le plus faible » ou de celle qui découle de ses zones de fragilités. Nous estimons ainsi le profil résilience du territoire qui pourrait être représenté comme un bassin d’attraction duquel il ne faudrait pas s’écarter et qui, si c’était le cas mènerait au scénario "catastrophe" dit scénario 5 présenté ci dessous.

 

Méthodologie de questionnement

Le travail de recherche et l’articulation des 4 composantes de résilience identifiées ont permis d’aboutir à la construction d’un guide et d’une démarche de résilience territoriale NATECH, à partir d’une méthodologie de questionnement (Figure 1). Pour chacun des 5 scénarios - composantes Nature (N) et Espace (E) - des groupes de questions sont posées pour les trois temps de la résilience territoriale : l’ante crise, la crise et la post crise - composante Temps (T) - et suivant les «grands» principes de gestion des risques composante Forme (F).

Précisons ces scénarios de façon pratique :

Scénario 1 : Il y a un risque de crue (Alerte) mais aucun débordement ne se produit, donc aucun enjeu (population, écosystèmes et économique) n’est atteint ;

Scénario 2 : Il y a une inondation sur un territoire, impactant la population, les écosystèmes et l’économie qui en résulte, mais aucun site industriel n’est touché ;

Scénario 3 : Il y a une inondation qui impacte un territoire où il y a au moins un site industriel, mais aucun incident n’est à déplorer ;

Scénario 4 : Il y a une inondation qui impacte un territoire et un site industriel est atteint, cet aléa naturel provoque le déclenchement d’un aléa technologique suivi d’un phénomène dangereux accident technologique;

Scénario 5 : Ce scénario peut uniquement être pensé en phase de prévision, on essaie alors de réfléchir aux conséquences d’un événement « impensable » car jamais dimensionné ni envisagé aboutissant à un « chaos territorial » accompagné de nombreux morts.

Les quatre premiers scénarios envisagent plutôt des situations dimensionnées routinières, convenues et le cinquième scénario aboutit « au chaos » issu de la bifurcation du territoire ou d’une partie importante du territoire . Les quatrième et le cinquième scénarios aboutissent à un événement NATECH.

On commence le questionnement par le scénario ou tout va bien (bien qu’il y ait une alerte SPC « vigilance inondation » ) et on finit donc au scénario cinq ou tout ce qui est dimensionné est dépassé. Ceci constitue la démarche pour structurer les questionnements proposés aux acteurs afin d’estimer la résilience de chacun d’entre eux et, in fine, celle du territoire qui les héberge.

Le Guide/Questionnaire

De part sa conception, l’outil « questionnaire » doit être initié et mené par un des acteurs du territoire (dénommé « Initiateur de l’estimation de la résilience »). Ce dernier devra prendre contact avec tous les acteurs du territoire de manière à leur expliquer la démarche de l’étude de résilience de leur territoire et leur faire parvenir un questionnaire qu’ils devront remplir (par ex un SPPPI peut être initiateur de l’étude de résilience).

Chaque acteur est invité à répondre à une série de questions en se plaçant dans une optique de préparation à des crises qui lui sembleront peut-être peu réalistes mais pour lesquelles on l’invite à se préparer et, le cas échéant, à s’améliorer. On lui propose de dépasser ce qui est habituel, routinier et convenu pour l’entrainer à la prise en compte de scénarios rarement étudiés en tant que tels, en particulier parce que ceux-ci sont caractérisés par des intensités de phénomènes dangereux jugés « irréalistes » lors de la gestion routinière des risques majeurs. Quatre types d’acteurs/parties prenantes seront consultés : services de l’Etat et des collectivités territoriales, citoyens/riverains et associations de protection de l’environnement, Entreprise et ses salariés, collectivités via la commune : c’est à dire les parties prenantes qui constituent le territoire. Les 5 scénarios définis ci-dessus font l’objet du questionnement proposé à chacun des acteurs acceptant d’y répondre. Le guide/questionnaire est accessible sur le site du SPPPI-PA-

  • Première étape: la réflexion individuelle de l’acteur

Chaque acteur devra répondre à un questionnaire qui a pour but de l’aider à réfléchir sur sa contribution à la résilience du territoire. Le but de cette étape est de faire réfléchir l’acteur individuellement sur sa capacité à rendre le territoire plus résilient. Par acteur et par scénario (Nature de la résilience), puis par partie prenante et par scénario, on questionne, a priori, pour les trois temps de résilience - l’ante crise, la crise et post crise (temps de la résilience). On reprend cette démarche pour les trois zones de fragilités. Le questionnement sur chacune des zones de maîtrise du processus de danger NAT/TECH  fait l'objet d'un certain nombre de questions adaptées  à chaque acteurs (Forme de la résilience) : connaissance de l'aléa naturel et des moyens de prévention contre l'inondation, mesures prises en matière d’urbanisation et d’éloignement du phénomène dangereux, planification et mise en œuvre opérationnelle de secours, actions en matière d’éducation des parties prenantes et préparation de la population à la crise puis vérification de la gestion assurantielle et collecte du retour d'expérience, y compris issues de l’exercice en vue d’une amélioration continue de la résilience du territoire. Pour chaque item traité ci-dessus il est demandé à la personne questionnée de noter au fur et à mesure de ses réponses ouvertes ou fermées les marges de progrès qu’elle pourrait envisager de mettre en œuvre.

  • Deuxième étape : la réflexion de chaque partie prenante

 A l’issue du questionnement des acteurs, chaque partie prenante propose un « coordonnateur » qui compile et synthétise les réponses des acteurs qu’il coordonne. Il fait remonter au groupe les propositions d’améliorations proposées par chacun d’entre eux. Comme cela a été dit, la résilience du territoire dépend bien souvent de celle de son « maillon le plus faible » - c’est à dire du maillon acteur - qui ne prends pas part à l’étude de résilience!

Troisième étape : la réflexion entre tous les acteurs

Lors d’une réunion publique, d’un atelier participatif, lors d’une réunion d’un SPPPI chaque « coordinateur de partie prenante » pourrait présenter quelques points d’amélioration de sa résilience et ainsi contribuer, après réflexion, à une amélioration de la résilience « globale » du territoire (Coordination au niveau du Territoire). Lors de ce dernier niveau de synthèse il faut laisser la possibilité aux parties prenantes de discuter et de proposer de trancher certains conflits de normes qui doivent ou peuvent être résolus sur le territoire, ceci en terme de communication inter niveaux et entre les parties prenantes du territoire. La Figure ci dessous synthétise les phases chronologiques de la mise en œuvre de la démarche et l’ensemble des items choisis pour structurer le questionnement.

Figure - Structuration de la démarche en 3 étapes

 

Guides -questionnaires par acteurs nov 2018 (disponibles ci dessous)...

 

Recensement des alertes Risques majeurs sur la presqu'île

 

 

Exercice ICrisis avril 2018

  Bonjour à tous,

 
Voici quelques mots de la description de simulation ...
Plusieurs cellules de crise, physiquement séparées dans les différentes salles "jouent" entre elles, par le bais d'un outil informatique,  dans notre cas celles de la Préfecture, Mairie, Entreprise + cellule d'animation ; leur rôles vont être préparés par les participants dans les 3 cellules,  et les autres vont être inventés en temps réel, et au fur et à mesure du déroulement, par et pour la cellule d'animation qui joue à travers de tous les "autres"  rôles, non affectés aux participants, et "à personne" ...

La cellule d’animation donne vie à l’exercice sans le contrôler entièrement, à travers ces d'autres rôles ; seuls des éléments de scénario sont préparés à l’avance  (cartographie, lieu, tous les éléments descriptifs, repérage de liens informatiques, quelques éléments de la réglementation, fichiers produits, schémas, etc qui ne seront pas les mêmes d'ailleurs en fonction de la cellule; ).

Les joueurs doivent se préparer à l’avance - immersion dans le rôle, connaissance des moyens et méthodes disponibles - les rôles sont choisies par les participants en amont, fichiers d'acteur doivent être remplies en avance;
 

Pendant la simulation pas d’évaluation ni jugement, par contre le postulat d’une impossible maîtrise de la crise, ni bonnes ou mauvaises décisions,
 dans la phase du debriefing (après midi)  la reconstitution des événements - vision de la part de chacun des acteurs - cellules, confrontation de ces visons et les décisions avec la réalité du terrain, commentaires ... 

Parmi les joueurs il y a 3 rôles de journalistes à prendre.
 

Chacune de cellules a son observateur qui n'intervient pas mais qui reste en contact avec la cellule d'animation et observe l'organisation du groupe : leadership, difficultés, etc...
 

Bref, vous pouvez rester dans la cellule d’animation (nous partageons "les rôles" entre nous pour suivre les files de discussion ..., vous avez besoin dans ce cas de vos PC  portables pour pouvoir se connecter, sinon vous vous coller à un binôme p.ex. avec un pompier pour le faire ), vous pouvez prendre un rôle et jouer - p.ex. dans la cellule de Préfecture ou Entreprise, , vous pouvez faire les journalistes, mais c'est assez ingrat ...
 

Nous pouvons disposez, a posteriori, d'un fichiers de statistiques d'échanges,  obtenir et suivre l'ensemble de ces échanges écrites, vous pouvez tourner un film, photographier, en bougeant entre les cellules, etc ...
 

Vous voyez que ce n'est pas les tâches à réaliser qui manquent, c'est une question de choix.

Alicja TARDY ENSMSE

Observatoire de l'Économie et de Sécurité Industrielles de la Presqu'île d'Ambès

Couplée au site du SPPPI-PA, la plateforme /observatoire , multiacteurs, multirisque, pluridisciplinaire constituera la plateforme d’accueil des travaux réalisés en matière d'Économie et de Sécurité Industrielle de la Presqu'île d'Ambès

Destiné à toutes les parties prenantes, cet outil devra à un premier niveau faciliter la structuration, l’agrégation et la capitalisation de données, de composants et de formats numériques hétérogènes et multi-sources : plans 2D, modèles 3D, règlementation, notices techniques … Dans un second temps, cette base de documents et composants numériques, incluant des données locales de la presqu’île d’Ambès et des connaissances générales, devra permettre de construire des scénarios réels ou fictifs de sinistres par assemblage de briques métier et technologiques, de manière interactive et visuelle, dans le contexte collaboratif de la préparation et de la gestion de crise (cellule de crise, PC de commandement). Une fois finalisés, ces scénarios devront pouvoir être mis en forme de manière synthétique et cohérente pour être diffusés par les réseaux et exploités soit par les acteurs sur le terrain, soit dans certain cas pour communiquer auprès du grand public ou de ses représentants. La définition et la conception de cette plateforme numérique pour la sécurité globale des sites à hauts risques est expérimentée dans le contexte multirisques de l’estuaire de la Gironde et de l’agglomération de Bordeaux (SPPPI-PA), incluant notamment les risque tempête, submersion, nucléaire, industriel et portuaire.

L’objectif est  de réaliser un annuaire de liens, un partage intelligent, afin d’avoir à disposition une carte pédagogique-interactive, synthétique, claire, et transparente. Cette cartographie regrouperait des informations publiques. Elle rassemblerait, également, toutes les connaissances économiques et de sécurité industrielle.  À terme, elle pourrait évoluer en un observatoire d’information et d’aide à la décision. La demande qui a été faite est donc la réalisation d’une cartographie regroupant différentes informations publiques, sur la Presqu’île d’Ambès. C’est cette cartographie pédagogique-interactive, qui a été présentée pour la première fois au forum des SPPPI de France (2014).

 État actuel de développement (décembre 2015)

Le nouveau site internet du SPPPI-PA/ADERA est en cours de réalisation par la société Aliénor (livrable fin octobre 2015) : une réunion commune a eu lieu en vue d’intégrer la plateforme numérique et cartographique nommée «Observatoire » au site internet. Tous les liens cartographiques ont été identifiés en matière d’information et de gestion des risques majeurs pour toutes les parties prenantes, son arborescence est avancée.

    Avril 2016: Travail sur l'Observatoire en cours ...présentation en sept 2016 !

Réunion Commission "Inondation et Natech(i)"

  • Sujets abordés 2016-2018

novembre 2017/AMBÈS >>> novembre 2018


> Réunion de la commission Alerte inondation et Natech de notre SPPPI

Les services de Bordeaux Métropole impliqués dans la réponse graduée des territoire au risque inondation - P2i (plan d'intervention inondation Bordeaux métropole). ont animé la première partie de la réunion . A cette occasion les partenaires présents à la réunion ont travaillé avec Eric Aubineau et Fabien Goavec afin daffiner sa déclinaison au territoire de la presquîle . Le plan de réponse graduées sera amélioré à partir de janvier avec les parties prenantes et sera à terme intégré à la cartographie de l'Observatoire.

> Réunion de la commission "Recherche Natech (inondation)

 La deuxième partie de la réunion sera consacrée  à une présentation de loutil de maîtrise de la gestion du risque NATECH(i) que nous devons tester sur les parties prenantes de la presquîle en 2017 et 2018.  Cet outil, issu du programme de recherche- résilience des territoires au NATECH/ RDT/Ministère de la Transition écologique et solidaire, vient dêtre restitué lors dun colloque scientifique National -qui s’est tenu à l'Ecole des Ponts ParisTech Société Hydrotechnique de France .

L’ objectif de cette première réunion sera de présenter "l’Outil guide" et de planifier le travail des acteurs et des parties prenantes pour toute l’année 2018 ( passation des questionnaires, d’estimation et d’amélioration en vue de l' utilisation des outils mis en place pour les acteurs du territoire de la presqu'île (appropriation de l'outil d’audit du POI lors d’un événement Natech(i)., appropriation de l'outil de diagnostic de « l’étude des dangers », cartographies partagées sur l’observatoire Oesipa/PIGMA, planification d’exercices iCrisis, achats  urgents de documents, plaquettes sur alertes, mise en sécurité famille, acteurs, édités et mis en forme par RESIRISK, iffo-rme, IRMA …).

2017 > Présentation de la problématique et de la méthodologie de questionnement : Podcast présentation M Lesbats et Diaporama

2018 > Présentation du pré-guide d'amélioration de la gestion du risque Natech (i)

Petit audit des "Alertes sur la Presqu'île" (2018)

Autres outils intégrés pour les parties prenantes 2017/2018

Autres documents et plaquettes utiles

Quelques informations à propos du programme de recherches RESTO-TERRIN (RDT/MEDDE)

Téléchargez le programme

Présentation générale de la problématique

http://www.portaildurisque.com/2014/08/resilience-des-acteurs-du-territoire-vis-a-vis-des-risques-naturels-et-technologiques-natech.html

Analyse du risque NATECH > FICHIER PDF ou  mind mapping Coggle 40 Arbres mind-mapping à travailler

 

Participation du Ministère de l'Environnement à la Conférence Mondiale de SendaÏ (Japon) / Conférence mondiale ONU

Questionnaires "en ligne" > 2016

  • Questionnaire "Population": (Voir ci dessous !)

Les questionnaires déstinés aux parties prenantes (accès direct en ligne)

  • Ministère de l'Environnement de l'Energie et de la Mer
Questionnaire pour les citoyens... "en ligne" > 2016

Le risque majeur et sa perception par les populations de la presqu’île d’Ambès - Risque naturel d’inondation et risque industriel -  dit "NATECH - inondation"

Le présent questionnaire est proposé dans le cadre d'un projet de recherche international Risque, Décision, Territoire (RDT) mené par le SPPPI de la Presqu'île d'Ambès …  l'Ecole des Mines de Saint Etienne, l'Université de Bordeaux et les Universités japonaises de Kyoto et de Kobé. Le SPPPI de la Presqu'île d'Ambès regroupe toutes les parties prenantes : les Industriels, l’Etat, les Collectivités publiques -Communes et Bordeaux-Métropole-, divers Services Techniques et les Associations de riverains et de Protection de l’environnement regroupées dans le Collectif des Associations de la Presqu’île d’Ambès.

L'objectif du projet est d'étudier, afin de l'améliorer, la résilience des territoires en consultant, bien entendu, des populations soumises aux risques technologiques induits par un aléa « naturel »,  l'inondation. Ce questionnaire sert à recueillir des informations sur votre niveau de prise en compte de l'inondation et de ses conséquences individuelles et collectives dans le cadre de la Gestion des risques majeurs sur le territoire. Il est confidentiel, les résultats globaux, seuls, seront publiés. Les informations personnelles resteront accessibles uniquement aux chercheurs universitaires qui en assurent la confidentialité.

http://goo.gl/forms/q4MBswt96a

Temps de réponse estimé … une quinzaine de minutes « en ligne ».

Merci à toutes et à tous.

Michel LESBATS : michel.lesbats@u-bordeaux.fr

Eric PIATYSZEK : eric.piatyszek@emse.fr